Il était une fois … La nocivité des pailles en plastique

La paille en plastique, ce petit ustensile de consommation courante, ne mesurant pas plus de 20 cm et offrant une large gamme de couleurs, est pourtant un redoutable ennemi de l’environnement ! Laissez-nous vous conter sa dangerosité.

Source : Sortir les poubelles

Il était une fois, la fabrication de la paille en plastique

Toute histoire bien racontée commence par ce moment rempli de bonheur et de joie où nous sommes heureux qu’un objet voit enfin le jour. Mais, pourrions-nous en dire de même pour la paille en plastique ?

Précisons un peu sa composition. D’apparence inoffensive, elle est en réalité faite de polypropylène. Quand on regarde d’un peu plus près, sa définition exacte est : « polymère thermoplastique semi-cristallin de grande consommation ». Atchoum ! Difficile de faire plus compliquée comme explication ! Puisque nous ne sommes pas des scientifiques, parlons en langage vulgarisé. Ainsi, ce n’est autre qu’un dérivé du pétrole, l’énergie fossile la plus utilisée. La paille en plastique rejoint donc une large gamme de produits : étuis, pochette, gobelets, caisses d’archivage, tabourets, pots de fleurs, et bien d’autres.

Pour aller un peu plus loin, nous pouvons rajouter que la production de polypropylène est source d’impacts environnementaux ainsi que d’émission de gaz à effet de serre.

Et bien, l’histoire commence plutôt mal pour notre actrice principale.

Une fâcheuse habitude de consommation plutôt qu’une nécessité

Comme c’est facile de trouver ce petit tube coloré ! Les restaurants nous en offrent un avec notre soda, notre grenadine ou notre sirop (voir deux quand on a la gourmandise de prendre un cocktail !). Il y en a avec chaque brique de lait, de lait chocolaté et de jus de fruit (Ouf heureusement que certains ont réussi à faire sans !). Où que l’on aille, elles sont là, on est envahi de pailles en plastique ! Mais pourquoi voudrions-nous nous en servir ? Nous ne le voulons pas, elles sont juste là, comme une prétendue assurance d’un sirotage réussi !

Source : Unsplash

Absence de nécessité, risque pour la santé : combo perdant !

Décidément, cette paille en plastique a tout pour séduire ! Après avoir mesuré son degré d’inutilité, voilà qu’elle se révèle aussi dangereuse pour la santé.

Parlons simple mais parlons bien. Cet objet mis sous notre nez contient du Bisphénol A (BPA). Ce terme chimique signifie tout simplement que c’est un composé organique appartenant à la catégorie bien connue (malheureusement) des « perturbateurs endocriniens ». Vous savez ces poisons, contenus dans de nombreux emballages à emporter, qui nuisent à notre santé et dont les effets sont divers et variés : désordres de l’appareil reproducteur, cancer, diabète, problèmes de cœur et bien d’autres maladies.

Pourtant, à lire la réglementation tout serait « sous contrôle » : « Les matériaux et objets en matière plastique destinés à entrer en contact avec des denrées alimentaires sont réglementés spécifiquement au niveau de l’Union européenne » (https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Plastiques ). Ha, Union Européenne, heureusement que tu es là ! Que ferions-nous sans toi ? Cette instance, remplie d’experts, a pourtant bien du mal à être à la hauteur. Elle ne répond pas vraiment efficacement à la multitude des rapports scientifiques alertant sur la dangerosité de bon nombre de composés organiques, faisant désormais partie de notre quotidien !

Finalement, quand on s’arrête quelques minutes et qu’on prend le temps de poser les choses, quel arbitrage devrions-nous faire entre facilités du quotidien et protection de notre santé ? Je ne sais pas vous, mais pour moi, le choix est fait !

Après l’utilisation, la poubelle

A présent, nous avons fini de savourer notre délicieuse boisson grâce à notre ustensile favori. Quelle est la suite du voyage ?

C’est le moment où l’on aborde l’épineuse question du recyclage. Alors, la paille en plastique, recyclée ou pas ?

Et bien non ! En France, seule le PET bénéficie d’une consigne de trie. Nos pailles finissent donc dans la poubelle des ordures ménagères.

La vie continue, loin dans les milieux marins …

Non recyclée, la paille en plastique a la chance d’avoir une existence allongée. Mais la chance de l’une fait le malheur des autres. En effet, se dégradant très lentement, elle finit par atteindre nos mers et océans tout en les polluant !  Et dans la mer, il y a la vie qu’on appelle « biodiversité ».

Alors, dans les fonds marins, comment vont nos pailles en plastique ? Plutôt bien, dirons-nous. En effet, elles vivent paisiblement pendant plusieurs siècles puisqu’elles se dégradent en minuscules fragments qu’au bout de 500 ans !

Bien sûr, certains diront que sur les huit millions de tonnes de déchets de plastique trouvées dans les milieux marins, les pailles en plastiques ne représentent qu’une infime partie. Certes. Mais le moment est venu de parler des oubliés, de ceux qui ne font malheureusement pas suffisamment l’objet des préoccupations internationales. Et oui, je parle-là des animaux marins !

Ainsi, pas moins de 90% d’oiseaux marins auraient déjà ingéré du plastique, s’accumulant dans leur tube digestif. Il y a aussi tous les mammifères marins qui doivent cohabiter désormais avec tous nos déchets plastiques.

Et puisque des photos sont plus parlantes que des phrases, voici des illustrations suffisamment explicites :

Source : France 3

Source : Sciences et Avenir // Pour voir la vidéo filmant une tortue lestée de son supplice : https://www.youtube.com/watch?v=wD031n5E_IM&feature=youtu.be

C’est presque la fin ! (non pas de la vie des pailles mais juste de l’article)

Nous voulions ici mettre en avant une petite information qui a son importance. En effet,  l’ONU prévoit que si l’Homme ne réduit pas sa consommation, il y aura plus de plastique que de poissons d’ici 30 ans !

Finalement, tout bien conté, c’est à vous de juger s’il avait mieux fallu que la paille en plastique ne voit jamais le jour…

L’ouverture qui marque la véritable fin

La guerre contre les pailles en plastique est déclarée ! Et on a de la chance parce que plusieurs solutions existent déjà. Plus on est nombreux à se lancer dans cette voie, plus les milieux marins et la biodiversité nous en remercieront !

Voici les 3 commandements pour éradiquer le fléau :

Acte 1 : Commander une boisson en précisant « SANS PAILLE s’il vous plait »

Acte 2 : Arrêter d’acheter des pailles en plastique et opter pour les pailles en inox

Source : Instagram Bas Les Pailles

Acte 3 : Signer la pétition lancée par l’Association Bas Les Pailles

Il ne reste plus que 10 000 signatures pour atteindre l’objectif des 50 000, alors ENGAGEONS-NOUS, SIGNONS LA PÉTITION ET ALERTONS M. NICOLAS HULOT ET M. EMMANUEL MACRON –> change.org/baslespailles 

Et si vous voulez aller plus loin, vous pouvez suivre l’association Bas Les Pailles sur leur site internet, Facebook , Twitter  et Instagram 

5 commentaires sur « Il était une fois … La nocivité des pailles en plastique »

  • Bonjour,
    Merci pour cet article, très intéressant et soulignant clairement l’importance du fléau ! Nous venons de créer une campagne, Bye Paille, qui vise à éradiquer les pailles en travaillant avec les cafés, bars et restaurants. N’hésitez pas à nous contacter !

  • Bonjour,
    Je suis sensible à la cause mais la plupart de nos déchets ne sont-ils pas incinérés?
    Pourquoi ne pas sensibiliser en priorité les localités touristiques et côtières en leur proposant les alternatives que nous connaissons.
    Je contacterais également les tours opérateurs qui offrent souvent des « goodies » de voyage lorsqu’on réserve ses vacances pour qu’ils y insèrent des pailles reutisables et expliquent le pourquoi du comment. Ça pourrait même devenir un « objet publicitaire » tendance… 🙂

  • Bonjour

    J’ Un handicap moteur et j’a Vraiment besoin de cet outil indispensable qui est la paille pour boire ! 😀

    Merci de votre compréhension

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *