Rencontre avec une étudiante de Sciences Po Paris

Nous avons récemment rencontré Anna Gailite étudiante en 4 ème année à Sciences Po Paris

REC : Comment as-tu découvert RECONCIL ?

A.G. : J’ai entendu parler de RECONCIL lors de la conférence Low Carbon City. Et j’ai tout de suite était conquise par votre projet.

REC : Qu’est ce qui t’as plu dans notre concept ?

A.G. : Il n’y a plus de doutes quant à l’impact négatif du tout jetable. Nous utilisons les emballages à usage unique au quotidien, c’est devenu quelque chose de banal. Et pourtant, c’est un gâchis incroyable de matières premières !

Je viens de Riga et chez moi, les emballages jetables dans les restaurants restent minoritaires. Tout le monde consomme sur place. Le plastique dérive du pétrole, c’est une ressource précieuse. Il devrait être utilisé uniquement pour des applications essentielles comme dans le domaine médical par exemple.

REC : Tu es étudiante à Sciences Po, quel est l’état des emballages à usage unique dans la restauration de ton établissement ?

A.G. : J’aimerai mettre en place de consigne pour la restauration à Sciences Po. Mais les établissements ferment tôt et il est compliqué de rapporter l’emballage réutilisable. Cela reste cependant possible pour quelques uns qui ferment à 20h. Je pense qu’une machine de collecte automatique sur le campus serait la solution la plus adaptée pour nous.

REC : De toute évidence, les étudiants sont habitués au réutilisable et sensible à la cause des déchets.

A.G. : Effectivement on voit notamment avec Greta Thunberg et Youth for Climate que les jeunes ont un rôle à jouer dans la mise en place des mesures politiques pour la transition écologique. Je pense que Brune Poirson ( Secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire) subit la pression des puissants acteurs qui vont à l’encontre du changement. Les jeunes ont les moyens de faire contrepoids !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *