Réutilisable ou jetable ? Mesdames et messieurs, le grand combat que vous attendiez tous !

Que choisir ? Réutilisable ou jetable ? L’emballage consigné et réutilisable RECONCIL devient plus écologique qu’un emballage jetable en polypropylène (PP) à partir de 4 utilisations.

L’emballage consigné RECONCIL et 4 emballages jetables vont s’affronter dans une analyse de cycle de vie au sommet. Ils seront jugés sur 4 critères : la consommation d’eau, la consommation d’énergie non renouvelable, les émissions de gaz à effet de serre et l’écotoxicité aquatique. La comparaison s’effectuera sur la base d’une utilisation de l’emballage réutilisable (respectivement une utilisation = un emballage jeté).  
La fabrication des emballages s’effectue en Normandie, des camions diesel transportent ensuite les emballages dans les restaurants.

Présentation de l’emballage consigné RECONCIL


La boite RECONCIL réutilisable est prête à en découdre !

Outsider de cette compétition, j’ai nommé : la boite RECONCIL ! Avec un poids de 70g, elle représente le polypropylène réutilisable dans ce tournoi. Elle rêve d’éliminer les emballages jetables et ainsi diminuer l’impact environnemental de la vente à emporter. Après un premier voyage en camion depuis son lieu de production, elle n’utilise plus que le vélo à assistance électrique pour faire les allers-retours entre les restaurants et le centre de lavage.

RECONCIL vs PLA

A ma gauche, son premier opposant, la boite en acide polylactique de 30g, qui représente les plastiques biosourcés. Bien que compostable, il n’existe pas de filières adaptées en France, l’incinération reste donc la seule option.

Lors de ce premier round, RECONCIL porte un gros coup au PLA sur la consommation d’eau et l’écotoxicité aquatique ! Sa matière première étant le maïs, son exploitation nécessite une grande quantité d’eau (400L pour 1kg). La consommation d’eau est près de 30 fois supérieure à celle de l’emballage consigné après seulement une utilisation.

Touché mais pas coulé, le PLA se relève. Il met en avant ses émissions de gaz à effet de serre et sa consommation énergétique. Il faut 4 utilisations à l’emballage consigné pour achever le PLA. En effet, étant plus lourd et en plastique petrosourcé, il a besoin de plus d’énergie pour être élaboré. Cette énergie émet d’autant plus de gaz à effet de serre.

PLA jetable ou emballage réutilisable ?

RECONCIL met KO le PLA après 4 utilisations.

RECONCIL vs PP jetable

Pour cette deuxième manche, RECONCIL affronte la boite en PP jetable, 25g qui représente les plastiques petrosourcés. Elle finit sa vie à l’incinérateur car il n’existe pas de filière de recyclage en France.

Les 2 boites qui se font maintenant face se connaissent bien. En effet, elles sont toutes les deux faites de polypropylène. Mais la boite consignée est 3 fois plus lourde ! Elle consomme donc 3 fois plus d’énergie et émet 3 fois plus de gaz à effet de serre lors de sa production. La boite consignée et réutilisable finit par prendre l’avantage pour 4 utilisations.

La production est l’étape qui rejette le plus de particules toxiques dans les milieux aquatiques. RECONCIL a donc une écotoxicité aquatique plus faible que l’emballage jetable après 3 utilisations.
En revanche, la consommation d’eau du lavage est plus élevée que celle de la production. RECONCIL ne peut donc pas atteindre son adversaire sur ce point.

PP jetable ou réutilisable ?

L’emballage consigné remporte néanmoins la victoire après 4 utilisations.

RECONCIL vs Aluminium

Le niveau monte pour RECONCIL ! Avec un poids de seulement 6g, la boite en Aluminium s’apprête à entrer sur le ring pour représenter les métaux. Elle finit sa course à la décharge (60%) et recyclée (40%).

L’aluminium est battu en un coup par l’emballage Reconcil sur la consommation d’eau. Effectivement, elle est 5 fois supérieure pour l’aluminium après une utilisation seulement.
En revanche, de part son poids, l’aluminium réussit à tenir 4 utilisations face à l’emballage réutilisable sur la consommation d’énergie. Ce nombre monte à 9 utilisations au niveau des émissions de gaz à effet de serre. L’écotoxicité de l’aluminium n’a pas pu être déterminée.


Aluminium jetable ou emballage réutilisable ?

Malgré une bonne défense de son adversaire, l’emballage RECONCIL ressort vainqueur une fois de plus, après 9 utilisations !

RECONCIL vs Carton

L’ultime combat offrira le titre d’emballage le plus écologique au vainqueur ! La boite en carton de 30g, adversaire le plus coriace, représente les emballages cartonnés. Elle est compostable mais, dans les faits, incinérée.

Elle part avec un avantage indéniable : sa production est près de 8 fois moins énergivore que celle du PP. Ce qui demande à la boite Reconcil 11 réutilisations pour devancer son adversaire sur le terrain des émissions de gaz à effet de serre.

Toutefois, RECONCIL domine largement son adversaire sur les 2 autres critères. En effet, la production du carton demande 100 fois plus d’eau que celle du polypropylène et génère une écotoxicité 4 fois plus importante.

Craton jetable ou emballage réutilisable ?

Alors Réutilisable ou jetable ?

Au terme d’une lutte acharnée l’emballage consigné et réutilisable remporte la victoire face aux emballages jetables ! Il rejoint les gobelets dans l’objectif zéro déchets de l’alimentation.

Suivez nous sur Facebook, Instagram, Twitter et LinkedIn...

8 commentaires sur « Réutilisable ou jetable ? Mesdames et messieurs, le grand combat que vous attendiez tous ! »

  • Bonjour,
    Pourquoi ne pas vous comparer à la boîte en verre que beaucoup d’autres initiatives locales que j’ai trouvé en ligne préfèrent au plastique (même réutilisable)? J’aurais pensé que c’était le choix logique pour ce type de consigne.
    Merci
    Mel

    • Bonjour,
      Merci pour votre message. Pour l’instant nous utilisons des boites en polypropylène et c’est pour cela que nous l’avons utilisée pour la comparaison. Elle a été comparée au jetable dans un premier temps pour prouver son impact écologique. Mais nous projetons de lancer une consigne avec des boites en verre et elle sera comparée avec le jetable et le plastique réutilisable.
      Alice

  • Bonjour,
    Quelle est la source des données environnementales utilisées pour faire vos calculs ?
    Avez-vous également pris en compte les impacts de l’utilisation du vélo à assistance électrique lors des livraisons (recharge et fabrication de la batterie) ?
    Avez-vous comparé les différentes fin de vie des emballages ? et si oui, sur quelles études vous êtes-vous appuyées pour choisir vos scénarios de fin de vie ?

    Merci,
    Marie

    • Bonjour Marie,
      – Concernant les données de l’ACV, elles proviennent de la base carbone de l’ADEME.
      – La recharge du vélo et la fabrication de la batterie (et même la fabrication du vélo) ont bien été prises en compte dans nos calculs.
      – Pour les fins de vie, il fallait fixer un scénario : nous avons pris les taux de recyclage/incinération/dépôt dans les décharges actuelles en France (c’est amené à changer, mais pour la comparaison nous devons faire des hypothèses). Les différents scénarios peuvent être testés sur notre modèle Excel. Etant donné le niveau du recyclage du plastique en France, il nous semble irréaliste de tester un scénario avec un taux de recyclage élevé malheureusement.

  • Bonjour ! Concept très intéressant mais comme Mélanie, je suis surprise du choix du plastique utilisable seulement 30 fois. C’est jetable au bout de 30 fois finalement ? Que deviennent vos boîtes après cette 30ème utilisation ? Merci !

    • Bonjour Sophie et merci pour l’intérêt que vous portez à notre solution 👍

      RECONCIL travaille à la fois avec des contenants en verre et en plastique, en fonction des usages et des besoins de nos clients, chaque matériau ayant ses avantages et ses inconvénients.
      Nos contenants en polypropylène ont été choisis car ils sont adaptés au contact alimentaire, sans BPA, mais aussi solides pour prolonger leur durée d’utilisation. Le chiffre de 30 utilisations est une estimation empirique (suite à notre expérience de 2 ans) et conservatrice (certains contenants ont été loués beaucoup plus que 30 fois). Utilisés de façon normale, ils ont une durée de vie bien supérieure à 30 utilisations. Par exemple, nos camarades de GO Box, solution similaire outre-atlantique, estiment à 1000 le nombre de cycles d’utilisation pour un contenant similaire.

      Dans les cas où nos contenants ont été dégradés (utilisation du couteau un peu excessive par exemple 😅, ou encore contenant cassé), nous les mettons hors service. RECONCIL baigne depuis sa naissance dans un écosystème de startups du secteur de la réutilisation, du réemploi, du recyclage. Nous connaissons notamment une société spécialisée dans la transformation des déchets plastiques en matériau de construction ♻

  • Bonjour,
    Pourquoi ne comparez-vous pas la solution Reconcil avec le PET qui constitue encore la majorité des emballages jetables de la vente à emporter ? On voit également apparaître de plus en plus d’emballages en bagasse, avez-vous un comparatif ACV avec la solution Reconcil ?
    Concernant le carton, vous considérez qu’il est incinéré car son taux de recyclage est bas, c’est bien cela ?
    Quelle fin de vie prenez-vous en compte pour vos boites réutilisables en PP, l’incinération ?
    Avez-vous pu compléter votre ACV avec une comparaison avec le verre ?
    Merci,
    Nathalie

    • Bonjour Nathalie,
      Nous avons choisi de comparer avec du PP car il constitue la plus grande part des emballages plastiques que nous remplaçons chez nos clients. Le PET est en effet aussi utilisé pour les emballages alimentaires, souvent pour les barquettes de sushis ou les salades. En regardant sur les sites de nos concurrents vendant du jetable (ici, ou encore ), il ne m’apparaît pas flagrant que le PET constitue la majorité des emballages jetables (en tout cas chez nos clients ça n’est pas le cas). Il serait intéressant de l’inclure, mais je pense que l’ordre de grandeur des résultats serait le même que pour le PP.
      Nous n’avons pas encore réalisé les calculs pour les emballages en bagasse. Pour le carton des emballages alimentaires, nous avons en effet considéré que son taux de recyclage est bas.
      Concernant la fin de vie de nos emballages, nous connaissons des entreprises qui savent très bien transformer du PP en matériau de construction. Nos contenants ne finissent donc pas à l’incinérateur mais ils sont stockés chez nous et dès que le stock de contenants inutilisables est suffisant grand, nous le recyclons. La consigne permet de nous assurer de récupérer les contenants : nous donnons un prix au déchet, et ainsi nous nous assurons qu’il ne finisse pas dans la nature ou dans la poubelle.
      Nous n’avons pas inclus le verre dans notre ACV car l’idée de cette étude est de comparer notre solution avec les solutions jetables que l’on remplace.
      Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *